RENCONTRE CDACOSE du 6 décembre 2014 : Un grand petit moment de culture et de convivialité  avec Colette Guedj Elle nous a tous surpris ! Répondant à l’invitation de notre Présidente, elle est venue discrètement s’installer à ses côtés et a attendu tranquillement que s’achève l’exposé en cours sur le thème des « voisins vigilants ». Exposé intéressant et bien mené et, en même temps, plutôt technique, sur la manière de prévenir les risques de cambriolage. Son tour venu de prendre la parole et après quelques mots d’introduction, Colette Guedj déclame : « Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant, … » C’est de qui, déjà ? Se demande-t-on. Martin Luther King ? Non, non …, lui c’est : « Je rêve qu’un jour sur les collines rousses de Géorgie, les fils d’anciens esclaves … ». Colette, malicieuse, se garde  de nous le rappeler et continue : ce rêve étrange et pénétrant … que je suis cambriolée … ». Tiens, tiens … c’est justement ce dont il vient d’être question ! Le public, intrigué et amusé, fait silence, capté ! Et, l’histoire sera belle : « volez-moi tout, emportez  tout, mais pas mon ordinateur, mon cher ordinateur qui contient tous mes trésors …». Là, on se met à penser à Molière, … à Harpagon et sa chère cassette ! Mais les trésors de Colette, son or, ce sont sa documentation, ses notes, ses manuscrits, … Non, ne me volez pas mon ordinateur ! Prenez-moi tout, ma cuisinière, mon réfrigérateur, mon lave-vaisselle et ma télévision ! Là, c’est Boris Vian qui fait miroiter devant la belle Gudule, dans une liste à la Prévert, tous les avantages matériels dont elle pourrait bénéficier si elle consentait  à répondre à ses sentiments amoureux, … Le chemin culturel emprunté  nous nous lançons avec témérité à la poursuite des cambrioleurs et, avec Colette, nous les supplions : Non, pas ça ! Pas l’ordi ! Finalement, les bougres émus, les bons bougres attendris, rendront à Colette son ordinateur et accepteront, en échange, un moment passé devant une tasse de café, avec cette femme d’exception ! Nous nous retrouverons ensuite, il y a quelques années chez le boucher du Col où Colette Guedj fait ses emplettes.  La conversation s’engage. Le boucher veut savoir ce que fait Colette dans la vie. Elle est enseignante,  certes, mais il sait aussi qu’elle écrit des livres. Oui, c’est sur la littérature, la poésie, … .  A oui ? C’est quoi, pour vous, Madame Guedj, la poésie ? Pendant tout ce temps, les clients attendent silencieux. La file d’attente s’allonge, mais le boucher n’en a cure et continue à questionner Colette, manifestement captivé par les explications que celle-ci tente de rendre le plus simple et le plus succinct possible. Dans le magasin, c’est maintenant la presse … . Colette Guedj est un tantinet gênée de ce qui se passe, … . Mais l’assistance reste silencieuse, attentive, captivée à son tour, … .  Comme nous l’avons tous été en tombant sous le charme de cette parole espiègle et chaleureuse.  La parole de Colette Guedj ! Création HL pour le CDACOSE