Urbanisme et Plan Local d’Urbanisme (PLU) Composition du groupe de travail Jean Pieffort, Edda Fabro, Marie-Claire Hazard, Jean-Pierre Jardel, Henri Licata, Christian Maisons Objectifs  - Suivre les évolutions du Plan Local d’Urbanisme (PLU); - Informer les adhérents des modifications envisagées, notamment lorsqu’elles concernent directement nos quartiers collinaires ; - Formuler nos observations et nos propositions auprès des décideurs (Mairie et NCA) en tant qu’association officiellement agréée. Actions Année 2015 Actions menées : consultables en cliquant ici Année 2016 -  Actions menées Actions menées : consultables en cliquant ici Année 2017 -  Actions menées En matière d’insertion dans le site des constructions, le CDACOSE est intervenu sur divers sujets et notamment : - suivi de l’évolution de la toiture de la construction grise, avenue du Soleil d’Or. Une végétation herbacée, sans être remarquable, a cependant permis de « végétaliser » la toiture et de dissimuler partiellement les poutres apparentes. Comment évoluera-t-elle ? D’évidence la question de la végétalisation des toitures terrasses n’est pas close… - inquiétude concernant, au bout du chemin des Cistes, l’ampleur d’une carrière proche du fort du Mont-Alban, censée permettre l’extension d’une construction existante…dont il ne restait qu’un pan de mur en juillet 2017… Il apparaît que le chantier, en l’état actuel, est conforme au dossier déposé… Dossier à suivre … - Démolition/reconstruction de la maison de retraite de l’Escalinada. Cette opération, qui ne devrait pas être envisagée avant plusieurs années, permettra de réaliser des chambres correctes qui seront assimilées à des logements sociaux. L’emprise du futur volume sera plus importante que celle de l’établissement actuel, mais la hauteur sera sensiblement inférieure. Une réunion publique sera organisée par la Mairie : l’association sera tenue informée de l’avancement du dossier. En matière de Plan local d’Urbanisme métropolitain (PLUm) - Dans le cadre de la concertation définie par la Métropole, le CDACOSE avait reçu les premiers documents établis : le « Diagnostic » et le « Projet d’Aménagement et de Développement Durable » (PADD) et émis un avis détaillé sur ces pièces. Dans cet avis détaillé, consultable en cliquant ici  l’association a pris acte de modifications positives répondant aux demandes formulées dans sa lettre du 28 Août 2016 ; notamment en ce qui concerne les activités liées à la mer et les protections du cadre de vie de Villefranche. Mais le CDACOSE a également mis l’accent sur le caractère encore trop « général » de la plupart des orientations, leur manque d’accroche territoriale et la difficulté de lecture d’un document trop « technico-administratif » alors qu’il devrait être accessible à tous. Lors de la réunion publique à l’auditorium de la Citadelle, organisée par la Métropole le 23 janvier 2017, cet avis a été exposé par Marie- Claire Hazard. Jean-Pierre Jardel et Jean Pieffort sont également intervenus, notamment pour évoquer la « loi littoral » et regretter une nouvelle fois l’absence d’approche territoriale sectorisée (« Littoral-Est » pour ce qui nous concerne). Il a également été demandé communication des premières versions des documents qui devaient être établis en 2017, en particulier les mesures prévues en faveur des transports et de la circulation et, bien sûr, les premières versions des zonages et règlements. Cette demande a été réitérée, sans succès, en cours d’année, alors que les calendriers établis par la Métropole laissaient prévoir la production rapide de l’avant-projet de PLUm.  En 2017, le CDACOSE a continué à produire des documents proposant diverses mesures en faveur de la protection de l’environnement à incorporer dans le PLUm. On citera ainsi : - Emplacements réservés pour voirie (ER)   De nombreux emplacements réservés sont inscrits dans le PLU actuel de Villefranche-sur-Mer qui a été approuvé en 2013. Ces emplacements correspondent souvent à d’anciens projets d’élargissement de routes ou d’allées qui sont devenus obsolètes et/ou qui, s’ils étaient mis en œuvre, provoqueraient des dégâts considérables dans le paysage (destruction de murs, de jardins, voire de constructions) sans présenter d’intérêt en termes d’amélioration de la circulation. Ainsi, l’association a demandé la suppression de six Emplacements Réservés (ER). Détail des ER dont la suppression a été demandée (les numéros font référence à la liste incluse dans le PLU actuel de Villefranche) : - n° 6 : Allée de Saint Estève : allée en impasse, tout élargissement entrainerait une dégradation du quartier ; - n° 9 : Avenue du Col de Caire : la partie sud est réalisée et la partie nord est un chemin muletier qui représente un élément patrimonial à préserver et à mettre en valeur ; - n° 11 : Chemin des Cistes : chemin en impasse qui n’implique aucun élargissement ; - n°12 : Avenue Raquel Meller : cette voie interne au lotissement de la Corne d’Or-Nord ne nécessite pas d’élargissement ; - n° 29 : Carrefour Olivula - Moyenne Corniche/Avenue Léopold. Cet emplacement qui offre une vue intéressante sur Villefranche et sa rade a été aménagé depuis longtemps ; - n° 45 : Carrefour du Col : quel que soit le devenir de ce carrefour, le parking public doit être maintenu : sa rénovation a été réalisée en 2017 par la Commune Pour les autres emplacements réservés (avenue Général Leclerc ; chemin François Ferry et rue de l’Hermitage ; avenue Saint Estève, chemin de la Jeunesse,…), l’association exprimera un avis lorsque seront connus les projets de la Métropole et de la Commune. Cet avis sera fondé sur les principes suivants : Les élargissements ne doivent répondre qu’à des objectifs d’amélioration de la sécurité et ils doivent faciliter les déplacements des piétons (création de trottoirs ou d’espaces réservés aux piétons). Ils ne doivent entrainer aucune augmentation de la vitesse des véhicules.   - Espaces boisés classés  Il a été proposé de protéger trois espaces boisés situés dans les collines Ouest qui dominent la rade de Villefranche, entre la Basse et la Moyenne corniche. Ces espaces sont significatifs au titre de la loi littoral, car : - ils sont très perçus depuis la mer et les principales voies de circulation ; - Ils constituent des coupures vertes dans l’urbanisation collinaire ; - Ils sont situés dans les « espaces urbanisés sensibles » de la directive territoriale d’aménagement des Alpes-Maritimes (DTA), dans lesquels est préconisé le maintien de l’équilibre actuel entre minéral et végétal. - Protection du versant entre Basse Corniche et avenue Léopold II  Cette proposition concerne un secteur très pentu, d’une superficie d’environ 1 hectare et d’une grande importance paysagère au fond de la rade de Villefranche. Il est occupé par 3 villas remarquables, identifiées et protégées dans le futur PLUm. Il a été proposé de protéger également leurs abords (jardins, espaces boisés, murs de pierres). L’ensemble s’inscrit dans une « coupure verte » visible de toutes parts. Toutes ces propositions ont été prises en compte par la Mairie et communiquées à la Métropole. Année 2018 -  Actions en cours et futures En 2018, le CDACOSE, poursuivra l’action engagée sur - l’insertion dans le site des constructions à partir des dossiers en cours : chemin des Cistes, projet de l’Escalinada, aspect des clôtures (éviter les tôles pleines…), en proposant une réflexion « de fond » sur ces sujets avec les représentants de la Commune et l’architecte des Bâtiments de France (ABF) dont on connaît l’importance du rôle à Villefranche, en raison du grand nombre de monuments historiques. - l’élaboration du PLU Métropolitain afin d’assurer une bonne prise en compte dans ce document des intérêts des habitants de nos quartiers collinaires et des Villefranchois en général. 2018 sera une année décisive puisque le projet définitif de PLUm devrait être établi et « arrêté » par le Conseil Communautaire en fin d’année. Un problème en ce début d’année 2018 : l’absence de communication de documents. Alors que la deuxième (et dernière) réunion publique doit se tenir, au cours du deuxième trimestre, sur l’avant-projet de PLUm  …Aucun élément relatif à ce document n’a été communiqué. Dans ce contexte, Le CDACOSE ré-interviendra auprès de la Métropole afin de disposer des éléments nécessaires pour intervenir et formuler avis et propositions. Le CDACOSE informera, dès que possible, les adhérents sur l’évolution de ce PLUm, en premier lieu sur la réunion publique, puis sur les pièces majeures du projet de PLUm, en particulier le règlement… Le Plan d’urbanisme métropolitain…Une affaire encore à suivre…tout au long de cette année… Décembre 2018 L’élaboration du Plan Local d’Urbanisme métropolitain (PLUm) touche à sa fin.  La phase dite de « concertation » sur ce document s’est achevée en novembre.  Sa deuxième et dernière étape, en juillet, devait permettre aux habitants de Villefranche de prendre connaissance de l’avant-projet de  PLUm.  En réalité la Métropole a présenté des généralités et s’est abstenue d’apporter des précisions sur les pièces essentielles de ce  document : le plan de zonage et le règlement qui s’appliqueront au territoire communal, dès 2020.  Le CDACOSE a vivement contesté cette parodie de concertation.  Par contre, grâce à son statut d’association agréée, le CDACOSE a été consulté par la Métropole et a pu, dans un délai très contraint,  en plein été,  émettre des observations sur des thèmes majeurs tels que les transports et déplacements, l’évolution de l’urbanisation et  faire des propositions de modification du document afin d’améliorer la prise en compte de l’environnement et du cadre de vie.  Ces avis ont été communiqués à la Métropole et à la Commune, et inscrits dans le registre mis à disposition du public. Ils sont  consultables à la Mairie sur demande.   Le CDACOSE envisage d’organiser au début de l’année 2019 une réunion des adhérents  consacrée à l’information générale sur le  PLUm avant que celui-ci ne soit soumis à l’enquête publique qui aura lieu dans quelques mois. Ne manquez surtout pas ce rendez-  vous sur un sujet si important pour le devenir de la ville et de votre environnement proche.  Création HL pour le CDACOSE